Loading
RÉGIME SANS SUCRE : ATTENTION AU SURRÉGIME

RÉGIME SANS SUCRE : ATTENTION AU SURRÉGIME

Nombreux sont les articles sur la mode du sans sucre… Moins nombreux sont ceux qui proposent un regard critique sur cette mode.

L’été dernier, Libération a publié, sous la plume d’Emmanuèle Peyret, un article intitulé « Sans sucre, la diète en surrégime », qui questionne cette mode en allant au fond des choses et dénonce les excès anti-sucre.

Une lecture pleine de bon sens, ce qui n’est finalement pas si courant dans le domaine alimentaire ! Elle nous a rappelé un éditorial du Monde sous la plume d’Eric Fottorino, qui n’a pas pris une ride…

Alors profitons-en pour relire quelques extraits et pour les approfondir.

 

« Ouf, on a trouvé un nouvel ennemi public numéro 1 quasi consensuel pour cette année 2015 : le sucre, dont la diabolisation se répand comme une traînée de (sucre en) poudre ».

VRAI

Pas mieux ! On ne vous dira pas le contraire… et le mot « diabolisation » est malheureusement tout à fait approprié.

 

« Réduire le sucre (…) l’idée n’est pas idiote, bien sûr : l’Organisation mondiale de la santé recommande de freiner sa conso et, comme le conclut Danièle Gerkens, “l’équilibre fait tout” ».


A nuancer

Ici, on peut préciser une ou deux choses : l’OMS recommande effectivement globalement de diminuer les apports en sucres libres, c’est à dire en sucre ajoutés. Sa préconisation est d’en faire baisser le taux journalier à moins de 10% de nos calories quotidiennes. Mais il faut savoir que la consommation des Français est en moyenne déjà inférieure à 10%.

Et pour commenter sur la citation de Danièle Gerkens, on ne dira jamais le contraire : tout est question d’équilibre… et de bon sens, pourrait-on ajouter.

 

« Rappelons qu’il « n’y a pas d’addiction à la nourriture », insiste le docteur Lecerf ».

VRAI

L’idée est trop largement répandue : on est accro au sucre, au chocolat, aux bonbons, aux desserts, à ceci ou à cela. Pourtant, l’addiction ne s’applique pas au domaine alimentaire. Prendre plaisir à croquer deux carrés de chocolat, même tous les soirs, n’est pas comparable avec le besoin d’un shoot d’héroïne ! Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de comportements compulsifs, mais il ne faut pas confondre. Pour aller plus loin, vous pouvez lire ou relire notre infographie à ce sujet.

 

« Depuis quarante ans, la consommation de sucre n’a pas du tout augmenté, on peut juste constater qu’il y en a moins de visible (en poudre ou morceaux) et plus d’invisible (dans les produits tout faits) ».

VRAI

La consommation de sucre de sucre en France est stable depuis les années 1970, avec une moyenne de 22 kg/an/personne.

 

«A ma connaissance, aucun travail, aucune publication actuelle ne permet de dire que le sucre serait responsable de l’épidémie d’obésité. Rien de neuf sur le sucre depuis les années 70 ». (Claude Fischler, cité dans l’article)

VRAI

Cette idée contrarie beaucoup de monde car il serait plus simple de désigner un coupable à l’épidémie d’obésité : le sucre. Mais la réalité est que l’obésité relève de nombreuses causes, qui ne sont pas qu’alimentaires mais aussi sociales ou psychologiques. (Re)découvrez notre infographie sur les liens entre le sucre et la prise de poids pour vous en convaincre si besoin.

 

« Une certitude remplace l’autre et, pour le consommateur, c’est une “cacophonie impossible”, empêchant de définir ce qui est bon ou pas, souligne Claude Fischler ».

VRAI

Le problème d’une grande partie des discours sur l’alimentation est qu’ils considèrent chaque aliment ou chaque nutriment individuellement : les propriétés de la viande, des œufs, du sel, du gras, du sucre… Tout cela conduit à des recommandations qui sont contraires et on a le sentiment de ne plus rien pouvoir avaler.

Le bon sens restera toujours de manger un peu de tout en quantités raisonnables, et cet article de Libération fait bien de venir nous le rappeler.

 

 


Pour en savoir plus :
Voir l’article Sucre et addiction
Voir l’infographie Sucre ≠ addiction
Voir l’article Le sucre fait-il grossir ?
Voir l’infographie Sucre et surpoids, 6 choses à savoir
Voir l’article La consommation de sucre de 1850 à nos jours

 

 

 

No Comments

Leave a Reply