Loading
SUCRE : LE CANCER NE MANGE PAS DE CE PAIN LÀ

SUCRE : LE CANCER NE MANGE PAS DE CE PAIN LÀ

Télématin (France 2), dans sa chronique du 26 Septembre, présentait une étude montrant que la consommation d’au moins 50g de noix par semaine diminue le risque de récidive de cancer du côlon de 42%. Dans l’interview qui suit, le Docteur Schwartz, cancérologue, aborde sans aucun lien avec cette étude le rôle du sucre dans le cancer. Là, entre confusions et raccourcis, ça se complique un peu !

 

« Il est très probable, voire  sûr, que le cancer est un mode de fermentation du sucre. »

  

 

 

 

 

 

Précisons tout d’abord que le sucre dont il est question n’est pas le saccharose (le sucre que vous ajoutez dans votre café ou votre yaourt) mais le glucose. Le glucose est issu de la digestion de tous les glucides, dont le saccharose fait partie, au même titre que le fructose, le lactose, le glucose ou encore l’amidon. Ainsi, la fermentation du glucose aurait toujours lieu dans votre organisme quand bien même vous supprimeriez complètement le saccharose de votre alimentation.

Comme  le rappelle le Docteur Schwartz, les cellules cancéreuses captent plus de glucose (et non  « de sucre ») qu’une cellule normale (10 à 30 fois plus). Mais, c’est là où nous ne sommes pas d’accord : il ne faut pas confondre cause et conséquence ! Parce qu’elles ont un métabolisme différent, les  cellules cancéreuses fermentent le glucose, et en consomment plus que des cellules normales. Mais, la consommation de sucre n’est pas, en elle-même, à l’origine du développement d’un cancer.

 

sucre-glucose-cancer

Voir l’intégralité de l’infographie

 

« Les sucres sont omniprésents dans l’alimentation … par exemple, il y a 50 % de sucres dans le pain »

 

 

 

 

 

Non, non et non la recette du pain ne contient pas de sucres ajoutés dans la liste de ses ingrédients.

Les 50 % de glucides qui composent le pain sont des glucides complexes (l’amidon de la farine) avec une part très faible de sucres (aussi appelés glucides simples) de l’ordre de 1 à 4 %. Ces sucres sont issus d’une partie de l’amidon décomposée en glucides simples lors de la cuisson, donc sont naturellement présents.

Ces informations se retrouvent sur une étiquette d’un pain de campagne pré-emballé ou d’une baguette précuite par exemple.

 

etiquette pain sucres(source : Leclerc drive – Baguette précuite)

 

La confusion glucides et sucres est une erreur classique de la part des journalistes, mais plus étonnante venant d’un médecin.  Si tous les sucres appartiennent à la famille des glucides, tous les glucides ne sont pas des sucres !

 

En conclusion, comme le rappelle en fin de chronique Christelle Ballestrero, une alimentation équilibrée et diversifiée, accompagnée d’une activité sportive, a un impact très positif sur les risques de récidive du cancer.

 


Références :
Arends J, Bachmann P, Baracos V, Barthelemy N, Bertz H, Bozzetti F, et al. ESPEN guidelines on nutrition in cancer patients. Clinical Nutr 2017;36:11-48.
– INCA, 2015. Nutrition et prévention primaire des cancers : actualisation des données

No Comments

Leave a Reply