Loading
LES ENFANTS PRIVES DE DESSERT ?

LES ENFANTS PRIVES DE DESSERT ?

L’American Heart Association (AHA) a publié le 22 août ses nouvelles recommandations sur la consommation de sucres ajoutés pour les enfants pour prévenir les risques cardiovasculaires… aussitôt relayées voire déformées par des journalistes heureux de surfer sur cette vague inespérée en période estivale (20Minutes, France soir, Europe1, Ouest France,  Femme actuelle, les Echos…).

« Les enfants de moins de 2 ans ne devraient manger aucun sucre ajouté – Les enfants plus âgés devraient en limiter leur consommation à 100 calories (25g) par jour. »

A nuancer

 

L’idée est là mais bizarrement, un « détail » est oublié. l’AHA elle-même précise ses recommandations et leur niveau de qualité en distinguant le niveau de preuves d’un côté (niveau A, B ou C) et le rapport bénéfice/ risque de l’autre (classe I, II ou III). Pour faire simple tout en étant précis, l’AHA recommande que :

  • les enfants et les adolescents limitent leur consommation de boissons sucrées à 1 /semaine (ou moins de 240 ml) (classe I, niveau de preuve A = la recommandation est utile, prouvée par de multiples études).
  • les enfants et les adolescents consomment ≤25 g (100 cal ou ≈6 cuillères à café) de sucres ajoutés par jour (classe IIa, niveau de preuve C = la recommandation pourrait être bénéfique, les preuves ne reposent que sur des opinions d’experts ou des études de cas).
  • les sucres ajoutés doivent être évités dans le régime alimentaire des enfants <2 ans (classe III; Niveau de preuve C = la recommandation n’est pas utile/efficace, les preuves ne reposent que sur des opinions d’experts ou des études de cas)

Les articles « oublient » donc de mentionner que l’AHA elle-même juge les preuves de ces deux recommandations comme faible…et la seule recommandation jugée comme utile et reposant sur des preuves solides a été oubliée.

Pour info, les purées de fruit « spéciales bébés » sur le marché français contiennent uniquement les sucres naturellement présents dans les fruits et sont donc sans sucres ajoutés. Plus généralement, tous les produits spécifiquement conçus pour l’alimentation infantile sont strictement règlementés au niveau européen y compris pour leur teneur en sucres ajoutés.

Enfin, pour les plus inquiets, sachez que la restauration collective n’a pas été oubliée puisque les recommandations nutritionnelles de la petite enfance encadrent l’ajout éventuel de sucres dans les recettes et sur les produits laitiers.

 

« Outre-Atlantique, enfants et adolescents mangent à l’heure actuelle en moyenne l’équivalent de 19 cuillères à café de sucres ajoutés par jour. »

VRAI

 

L’AHA indique une consommation moyenne de 80g/j de sucres ajoutés pour les 2-19 ans (53,3 g/j pour les 2-5 ans et 93.9 g/j pour les 12-19 ans).

En France, les dernières données du Credoc (CCAF2013) indiquent une consommation moyenne autour de 50g/j de sucres ajoutés pour les enfants et adolescents (44.3 g pour les 3-6 ans et 52g/j pour les 15-24 ans)

Bref, le contexte français n’est pas celui des Etats-Unis et on espère que notre modèle alimentaire continuera à faire la part belle aux desserts appréciés à table et avec modération par petits et grands !

 

PS :  Pour élargir le débat, sachez que l’AAP (Académie Américaine de Pédiatrie) a aussi émis le même jour des recommandations pour les enfants et adolescents dans un objectif de lutte contre l’obésité et les troubles alimentaires. Là, il n’est pas question de se focaliser sur les sucres mais, entre autres, d’éviter les régimes, de ne pas parler de poids, de favoriser les repas en famille, de promouvoir une bonne image corporelle…

Mais visiblement ce genre de message est moins vendeur !

No Comments

Leave a Reply