Loading
ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL : DU SUCRE À TOUTES LES SAUCES?

ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL : DU SUCRE À TOUTES LES SAUCES?

Un article récent s’est référé à la base de données Open Food Facts pour étudier la composition des produits et notamment la présence de sucre dans les produits salés. Malheureusement, le sujet est complexe et les raccourcis sont vite sources d’erreurs : on fait le points sur ces « sucres cachés », et les distinctions entre sucre/sucreS, sucres ajoutés/naturellement présents.

 

« Plus de la moitié des plats préparés et des sauces contiennent du sucre ou l’un de ses dérivés ». « Les encas salés portent eux aussi mal leur nom : 43 % d’entre eux contiennent des sucres ajoutés ».

VRAI

Oui, beaucoup de produits emballés contiennent des sucres.

Trois détails sont malgré tout oubliés ou déformés :

  • La quantité de sucres présents : l’écrasante majorité des produits contenant des sucres, en contient moins de 10% (même en cumulant sucres ajoutés et sucres naturellement présents dans les légumes, fruits, produits laitiers). Par exemple, selon la base de composition de l’Anses : charcuteries et salaisons contiennent de 0 % à 2,5% de sucres, pizzas et quiches de 1,4% à 7,3%, plats à base de viande et volaille de 0 à 5,7%, et soupes de 0,2 à 3%.
  • Le type de sucres : dans les produits salés, on trouve parfois du sucre (saccharose) mais plus souvent d’autres sucres comme le lactose (issu du lait) ou le dextrose (de l’amidon des céréales) utilisés pour leurs propriétés technologiques mais aussi parce qu’ils sont moins « sucrants » que le sucre (ce n’est donc pas pour rendre accro le consommateur au goût sucré…).
  • La contribution de ces sucres à l’apport global :  tous les sucres (naturellement présents +ajoutés) des produits salés ne représentent que 5% des apports en sucres pour les enfants et moins de 10% pour les adultes (estimation avec les données Crédoc 2013)

 

sucres-openfoodfacts

 

« Étudier la question des sucres cachés, qui n’apparaît pas toujours clairement dans le système Nutri-Score »

A nuancer

Oui, la liste des ingrédients ne pourra jamais être résumée par un seul système d’étiquetage par définition simplificateur.

Mais comme on l’a déjà dit dans notre article “Sucres et vérité cachés”, les sucres ne sont pas cachés. Tous les sucres ajoutés apparaissent nécessairement dans la liste des ingrédients, ce qui n’est pas le cas des sucres naturellement présents (qui seraient alors les seuls sucres vraiment « cachés » !). Et tous les sucres sont comptabilisés dans l’étiquetage nutritionnel obligatoire.

On rappelle que cet article s’est focalisé sur la base de données Open Food Facts qui est certes assez complète mais, par définition, ne recense que les produits étiquetés. Nous achetons et consommons des produits bruts ou en vrac, notamment les fruits et légumes, le pain ou la viande, ce qui explique que la base n’est pas l’exact reflet de notre alimentation.

Si on utilise les bases du Ciqual 2016 ou du CREDOC 2016, on peut estimer la proportion d’aliments avec sucres (naturellement présents ou ajoutés) à  66% ou 65% respectivement. La base du CREDOC  2016, permet également d’estimer la proportion d’aliments avec sucres ajoutés à 23 %.

 

Près de la moitié des produits (45,5%) ont une mauvaise note nutritionnelle (D ou E)

A nuancer

Oui près de la moitié des produits ont un note de D ou E. Soyons positifs, on peut aussi le traduire par plus de la moitié des produits a une note A, B ou C ! mais là encore, il faut rappeler que notre alimentation se compose également de fruits et légumes qui ne sont pas dans cette base de données car non emballés.

On en profite pour signaler que même si ce système de notation pénalise (par construction) la teneur en sucres des produits, on constate que certains produits très pauvres en sucres ont une mauvaise note (score élevé) et que des produits avec des teneurs plus élevées en sucres ont de meilleures notes car la qualité nutritionnelle d’un aliment ne se juge pas sur un seul nutriment (et celle d’un régime alimentaire sur un seul aliment ni un seul repas mais c’est un autre débat…).

sucres-openfoodfacts-score-hercberg

 

Décrypter les étiquettes c’est bien, comprendre ce qu’on lit c’est encore mieux !

 

No Comments

Leave a Reply