Chargement
LOI LUREL SUR LE SUCRE EN OUTRE-MER

LOI LUREL SUR LE SUCRE EN OUTRE-MER

Dans son numéro de juin 2016, la revue Que Choisir fait mention de la publication au JO en mai dernier d’un arrêté relatif à la loi dite loi Lurel, votée quant à elle en 2013 et qui vise à garantir la qualité de l’offre alimentaire en outre-mer. Depuis fin 2013, la loi impose que les aliments vendus outre-mer n’aient pas une teneur en sucres ajoutés supérieure au maximum observé en France hexagonale, ce qui est, disons-le, une mesure cohérente et républicaine.

Mais il manquait un arrêté pour statuer sur les aliments fabriqués ou distribués dans les départements et régions outre-mer mais non en métropole, c’est chose faite ! La revue Que Choisir rappelle fort justement ces éléments mais fait ensuite une grosse bévue en affirmant que :

« Les sodas fabriqués en outre-mer sont 10 à 50 fois plus sucrés que ceux de métropole ! »

Faux-09 pourquoi pas 500 fois plus ?!

Certains aliments « locaux » ont effectivement des teneurs en sucres plus élevées qu’en métropole. Les produits laitiers en sont un exemple : les yaourts sont produits sur place avec de la poudre de lait et non du lait liquide, ce qui entraîne de fait une teneur en sucres plus important car ils sont plus riches en lactose. La loi Lurel a tenu compte de ces contraintes technologiques et porte sur les teneurs en sucres ajoutés.

Les sodas produits localement contiennent – pour certains d’entre eux encore- plus de sucres ajoutés que leurs équivalents métropolitains, mais certainement pas 50 fois plus !

Faisons un calcul simple : si un soda classique contient environ 10% de sucre soit 100 g par litre de boisson, quelle est la teneur en sucre d’un soda qui en contiendrait 50 fois plus ? Réponse : 5 kilos de sucre par litre ! Bon, il est sûrement compliqué de dissoudre le tout. Vous l’avez déjà compris, la mention de Que Choisir aurait dû être 10 à 50 % de plus, ce qui est déjà très significatif !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire