Chargement
DEALER DE SUCRE : UN CONTENU EXACT ?

DEALER DE SUCRE : UN CONTENU EXACT ?

Il a eu son succès sur le web avec plusieurs articles au mois de novembre dernier et vous en avez peut-être entendu parler, par exemple sur Biba : Dealer de sucre, le compte Instagram qui montre la teneur en sucre des aliments compte aujourd’hui plus de 50 000 abonnés.

La démarche est louable : il s’agit d’une certaine manière de faire du fact-checking, ce qui est aussi ce que nous faisons sur ce blog.

Mais c’est aussi un projet créatif : l’auteur de Dealer de sucre, qui garde l’anonymat, a choisi de s’intéresser à la quantité de sucre dans l’alimentation pour le côté percutant des images.

SauceTomate

L’auteur rappelle d’ailleurs qu’il n’est ni expert, ni militant : « Mon message n’est pas de dire qu’il faut arrêter de manger de sucre, ni de militer contre. Ce n’est pas mon rôle, il y a des médecins, des scientifiques qui le font certainement mieux et plus légitimement que moi », déclare-t-il au Huffington Post.

Le résultat graphique est séduisant et explique facilement le succès du compte Instagram. Maintenant, son contenu est-il juste ?

L’équipe du blog « Vrai-faux le sucre » s’est prise au jeu de « fact-checker le fact-checker ». Pour cela, nous nous sommes posé deux questions :

 

Question 1 : les quantités de sucres montrées à côté des aliments sont-elles correctes ?

VRAI   et       Faux-09

Illustrer la teneur en sucres d’un produit par des morceaux de sucre (saccharose) induit le consommateur en erreur, car il peut penser qu’il n’y a que du sucre (saccharose). En fait, les sucres, ce sont les sucres naturellement présents ET les sucres ajoutés.

La bonne nouvelle c’est que la quantité de sucres présentée par Dealerdesucre est bien celle des sucres et non, comme on le voit parfois sur d’autres sites, celle des sucres et de l’amidon réunis (total des glucides).

On n’a pas pu s’empêcher de relever quelques erreurs… en voici notamment une :

Exemple des biscuits Gerblé « Croquant miel sésame » :

1 biscuit Gerblé « Croquant miel sésame » fait 9g (son poids est de : 162g/18 = 9g), il contient 2,97g de sucres. Si on parle de 4 biscuits (comme cela est sur la photo), cela fait 11,88g de sucres (soit 2,4 morceaux). Si on parle du paquet en entier (162g) : 53,46 g de sucres (10,7 morceaux).

Gerble

Autre exemple :

2.5 carrés de sucre à côté d’un pot de sauce tomate ne signifie pas que la fabricant a ajouté 2.5 morceaux de sucre : la tomate est naturellement sucrée.

 

Question 2 : les légendes présentées à côté des photos sont-elles exactes ?

A nuancer

Là encore le bât blesse !

Chacune des légendes des photos de @dealerdesucre comporte la mention suivante : « La recommandation de l’OMS : 25g par jour ». Et les médias et les internautes d’en conclure —hâtivement — que le photographe nous interpelle sur le « trop de sucre ».

Comme le dit Biba, « Ca calme : en quelques gâteaux, on explose notre quota recommandé par jour… On aura donc davantage de scrupules à s’enfiler le paquet. »

Mais est-ce bien ce que l’OMS dit ? Et bien pas vraiment, en fait. La formulation de l’OMS est bien moins définitive et cette recommandation s’appuie, selon l’OMS elle-même, « sur des niveaux de preuve de très faible qualité ».

Alors pourquoi ce chiffre de 25g ? Il s’agit d’un deuxième niveau de recommandation de l’OMS (5% des apports en calories), mais que l’OMS présente « avec réserve » car elle estime que les éléments sur lesquels elle est basée ne sont pas suffisamment fiables.

Ce que recommande l’OMS, c’est de « ramener l’apport en sucres à moins de 10% de la ration énergétique totale ». Ce qui représente 50g par jour — et non 25 pour un apport en énergie de 2000 kcal/j.

La « vraie » recommandation de l’OMS, celle qui est ferme, c’est 50g et non 25g.

C’est là où la démarche de @dealerdesucre tombe un peu dans la facilité : en choisissant le repère de 25g plutôt que le repère de 50g, Dealer de sucre choisit le message qui va le plus faire réagir les internautes… et qui fera le plus buzzer son site.

Une dernière chose à propos de la recommandation de l’OMS : les Français se situent en-dessous de ce seuil de 10%. Mais les messages rassurants et équilibrés, ça buzzera toujours moins que les messages anxiogènes.

Représenter l’ensemble des glucides dans un produit est un exercice de style trop compliqué, on l’a bien compris. Mais le raccourci est tel avec cette représentation des morceaux de sucre qu’il peut induire en erreur le consommateur.

Nous préférerions voir une information nutritionnelle pédagogique complète avec l’ensemble des glucides représentés.

 


Pour en savoir plus, voir l’article La teneur en sucre(s) des aliments

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire