Chargement
LE COMPLEXE DU SUCRE SIMPLE

LE COMPLEXE DU SUCRE SIMPLE

Un tweet de la radio RTL nous avait alertés : « Manger du sucre peut être bon pour la santé… La chronique de @michelcymes ». Qu’allions-nous y apprendre ? Un appel au bon sens et à la mesure sur les produits sucrés ? En fait, nous avons rapidement déchanté car le titre de la chronique postée sur le site de la station est alors devenu : « Gare aux sucres simples ! »

 

Dans sa chronique, Michel Cymes nous explique qu’il y a « sucre et sucre : sucre simple et sucre complexe » :

 

 

 

 

Le tout récent rapport de l’Anses sur les sucres dit clairement que c’est faux : « l’utilisation du terme « sucres » pour qualifier l’ensemble des glucides est inappropriée et ne doit pas être utilisée ». En réalité, le terme « sucre complexe » n’existe pas. Il y a la famille des glucides, avec les glucides simples ou « petits glucides » et les glucides complexes, de plus grandes molécules.

 

glucides simples, glucides complexesVoir notre vidéo

Les glucides simples apportent un goût sucré, on les appelle aussi les sucres. Les glucides complexes n’apportent pas de goût sucré, ils regroupent les amidons et les fibres.

 

« Les sucres complexes sont plus indiqués que les autres »

 

 

 

 

On peut le voir dans l’infographie ci-dessous, l’index glycémique rend obsolète l’équation  » glucides complexes = sucres lents  » et « glucides simples = sucres rapides « . Tout cela parce qu’il n’y a pas de lien systématique entre la taille des glucides et leur vitesse d’assimilation.

L’index glycémique reflète mieux l’effet d’un aliment sur la variation de la glycémie (taux de glucose dans le sang) ; il ne dépend pas seulement du type de glucides ingérés, mais aussi du type d’aliments consommés : la forme physique de l’aliment (liquide ou solide), sa texture (légumes ou fruits en l’état ou en purée, en compote ou en jus), le mode de préparation… C’est plus compliqué mais c’est plus proche de ce qui se passe pendant la digestion.

Index glycémique
Voir l’infographie

 

« Mieux vaut donc croquer dans un fruit ou avalez un peu (et pas un pot !) de miel, plutôt que de piocher dans un paquet de cookies ou de gâteaux industriels en buvant quelques gorgées de soda ».

 

 

 

 

Dit comme ça, c’est un hymne au chasseur-cueilleur face au vilain consommateur américanisé, honte au mangeur de cookie !! C’est évident, mieux vaut être dans la mesure que dans l’excès et privilégier les aliments riches en fibres et en micronutriments, tels que les fruits, aux aliments plus denses en calories parce que gras et sucrés.

Mais n’oublions pas que les sucres simples présents dans les fruits, dans le miel ou les gâteaux sont les mêmes, et seront transformés pour l’essentiel en glucose lors de la digestion.

Finalement, placer le fruit comme emblème de l’aliment sain(t) et vouer le biscuit industriel aux gémonies, est-ce le bon message ? Il est peut-être aussi judicieux de dire qu’un fruit, c’est avant tout très bon au goût ; il est peut-être temps aussi de composer et de proposer des associations, l’alimentation étant souvent équilibrée parce que variée.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire